Témoignage

Yamina Ghoul

Secrétaire générale de la Confédération des Organisations de Jeunesse Indépendantes et Pluralistes

 

"La COJ soutient cette campagne car elle trace les contours d’un cadre auquel aspirent depuis longtemps les travailleurs du secteur jeunesse : voir naître dans les 281 communes de Wallonie et de Bruxelles une politique ambitieuse et dynamique s’ouvrant à de nouvelles formes de collaboration avec la jeunesse.

La COJ rassemble 34 Organisations de Jeunesse indépendantes de tout courant d’opinion confessionnelle, philosophique ou politique particulier – dont la Fédération des Maisons de Jeunes en Belgique francophone – qui inscrivent leurs activités et perspectives dans le champ des politiques culturelles de Jeunesse et de l'éducation permanente.

Les valeurs qu’elles défendent se trouvent être en totale adéquation avec les objectifs de la Campagne « Commune Jeunes admis »: favoriser l’apprentissage de la démocratie chez les jeunes, assurer une représentation collective des questions de jeunesse, donner à chaque individu les moyens d’agir et de se réaliser seul ou en groupe…

S’il existe depuis longtemps une volonté de pouvoir mettre en avant des politiques qui misent sur les jeunes, c’est très concrètement que la démarche prend forme aujourd’hui au travers de cette charte entre pouvoirs publics locaux et associations de jeunes. En effet, elle vise à prendre des engagements mutuels réels et visibles.

Nous pensons que cet outil partagé qu’est la charte, par un effet de contagion, est susceptible de favoriser une mobilisation plus large de communes prêtes à développer une politique de la jeunesse au niveau local. L’enjeu est de taille. Une institution comme la Commune est invitée à répondre efficacement aux besoins qui voient le jour dans une société en perpétuel mouvement et à s’adapter aux nouvelles générations. Son fonctionnement peut être modernisé. Et c’est le cas avec cette campagne. La question de la participation des jeunes qui, depuis longue date, voudrait trouver place au cœur de la politique des communes, va pouvoir prendre une forme perceptible et profitable. La forte implication des jeunes conditionne à notre sens la réussite des nouvelles politiques, des nouvelles dynamiques constructives pour inventer le monde de demain.

On sait que l’appui des communes aux initiatives des jeunes peut être financier ou logistique mais aussi, et on en parle généralement moins, un appui de reconnaissance et de valorisation. Dans le cadre de cette campagne et grâce à la médiatisation importante conséquente à la signature de la charte, ce sont également ces dimensions de reconnaissance et de valorisation qui seront mises à l’honneur. On retrouvera sous les projecteurs de nombreux exemples d’initiatives riches et variées et de nombreux partenariats avec les institutions locales.

Chaque jour dans les MJ et les OJ, les jeunes trouvent un espace réel de découverte des valeurs démocratiques. En plus de former des CRACS (citoyens, responsables, actifs, critiques et solidaires), ces organisations contribuent à développer des qualités définies comme primordiales dans notre société. Toutes ces organisations animées pour et par des jeunes œuvrent autour d’une ambition d'émancipation et de transformation sociale. En cette période de crises et de replis individualistes, il convient de se lancer des défis. C’est le moment de construire du neuf, d’escompter voir naître de nouvelles MJ, de nouvelles Communes Jeunes Admis.

Je souhaite conclure en imaginant la suite à donner à cette campagne. Pour que « Commune Jeunes admis » fasse des émules et perdure au-delà de cette année 2013, il importe de poursuivre ce type de démarches, en concertation élargie, avec l’ensemble des acteurs associatifs du secteur jeunesse en partenariat avec les Communautés et les Régions."